L'Aigle Lever de rideau le 25 avril pour le festival L'Aigle en scène

La belle idée du festival L'Aigle en scène revient sur les planches de la salle Verdun à partir de mardi 25 avril.

17/04/2017 à 10:41 par Réveil Normand

Des troupes d'amateurs mais de grand talent -
Des troupes d'amateurs mais de grand talent -

La 6e édition de L’Aigle en scène lèvera le rideau, salle Verdun, mardi 25 avril. Depuis le début, le principe de ce festival n’a pas changé. Il s’agit de permettre à des compagnies de théâtre amateur de L’Aigle et des environs de jouer sur la scène de la salle Verdun devant un large public et tout en bénéficiant des moyens techniques très professionnels. Certaines compagnies sont des fidèles du festival depuis ses débuts, d’autres l’ont rejoint plus récemment mais toutes se réjouissent d’y participer. « On tient à vous féliciter de poursuivre cette belle idée de L’Aigle en scène », a déclaré Bernard Masse du groupe théâtral de Gauville à Charlène Renard, adjointe en charge.

« C’est une découverte à chaque fois, l’ambiance y est conviviale et une des caractéristiques de ce festival, c’est que chaque compagnie est spectatrice des autres représentations », a souligné cette dernière. Elle a salué la présence des lycéens de la Cie Horiziode (Anceins), « la particularité de cette 6e édition. On se réjouit qu’il y ait des jeunes au-delà de la MJC ».

Dix représentations

Dix représentations sont au programme de L’Aigle en fête, du mardi 25 au samedi 29 avril.

Mardi 25 avril, 20 h 30 : L’Atelier Caroll Sellier propose On ouvre au public ? d’Anne-Sophie Nedelec. Il y avait foule au manoir de Jean Tardieu. Pièce policière ou parodie ? Du typique d’Anne-Sophie Nedelec. Quand les Français voyagent ou reçoivent, ils privilégient « le typique ». Du typique en Crète, en Suède, en France. Les mangeuses de chocolat de Philippe Blasband. Durée : 2 h.

Mercredi 26 avril, 14 h 30 : Derrière la porte d’Alima Benbakir, par la MJC de L’Aigle. Une porte magique qui nous permet de voyager à travers le temps. Durée : 1 h.

17 h 30 : Les métamorphoses d’Alima Benbakir, par la MJC de L’Aigle. Les métamorphoses ont connu un grand succès et ont inspiré de nombreuses œuvres artistiques à travers les siècles. Elles racontent des histoires de transformation d’hommes, de héros ou dieux en animaux ou plantes. Une manière poétique d’appréhender le monde dans lequel nous vivons. Durée : 40 minutes.

20 h 30 : Je ne peux pas, je garde mamie de Muriel Coulanges, par le théâtre de Crulai. Samuel vit une petite vie tranquille dans son petit appartement de Paris. Très peu de contraintes pour lui, jusqu’au jour où il va devoir accueillir, pour quelque temps, et bien malgré lui, sa grand-mère Henriette qui débute une maladie d’Alzheimer. Durée : 1 h 15. Une comédie profonde sur le thème de la vieillesse traitée avec humour.

Jeudi 27 avril, 20 h 30 : Elle et lui font leur cabaret d’Alexandra Lecomte, par la Compagnie Horiziode. Elle et lui dans leurs histoires de cœur. Elle et lui dans leur vie quotidienne. Elle et lui dans leurs pensées les plus intimes. Elle et lui dans leur folie, bref elle et lui dans leur cabaret déjanté. Durée : 1 h 45.

Vendredi 28 avril, 20 h 30 : Trente kilomètres à pied de Jean-Claude Martineau, par le groupe théâtral de Gauville. On sait toujours par avance que l’on perd, mais on n’est jamais sûr de ce que l’on gagne. C’est ce que vont apprendre à leurs dépens Jacques et André, deux jeunes retraités qui, pour donner une leçon à leurs femmes un peu trop directives à leur goût, décident de fuguer quelques jours… Durée : 1 h 50.

Samedi 29 avril, 11 h : Musée (théâtre sans animaux) de Jean-Michel Ribes, par la Cie Horiziode. La pièce de Jean-Michel Ribes a pour thème les aventures vécues par des personnes susceptibles de se retrouver dans un musée… Durée : 40 minutes. On y retrouve l’humour grinçant de l’auteur qui livre son regard décalé sur la vie et sur l’art.

16 h : La Reine d’Autruche de Pierre Thibolt par L’Arscène. Dans les terres sauvages et lointaines du Royaume, derrière les rideaux d’apparat, au détour de couloirs sombres, se forme un complot. Il faut se débarrasser de la Reine d’Autruche… Durée : 1 h 30. Une pièce burlesque, pleine de rebondissements et de manipulations de notre chère langue française.

20 h 30 : La Grande-Duchesse de Gerolstein, d’Alima Benbakir par l’école de musique de L’Aigle. Au Grand-Duché de Gerolstein, les soldats se préparent pour la grande guerre. La Grande-Duchesse, qui aime beaucoup, beaucoup les militaires viendra les soutenir ; lors de la revue, elle jettera son dévolu sur le soldat Frits, qu’elle nommera caporal, sergent, capitaine et… le général Boum, le prince Paul, les précepteurs Puck et Ckup, évincés, jurent de se venger…

Pratique

Salle Verdun. Ouverture des portes 30 minutes avant le début du spectacle. Entrée libre et gratuite. Participation au chapeau organisé par les troupes.

61300 L'Aigle

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Résultats sportifs de votre région
Go

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

L'Aigle - Vendredi 28 avril 2017

L'Aigle
Ven
28 / 04
14°/2°
vent 36km/h humidité 54%
Sam15°-1°
Dim15°-7°
Lun13°-5°
Mar16°-5°